Civique

Le service civique est instauré par la loi du 10 mars 2010. Ce dispositif est mis en place par l’Etat dans le but de permettre aux jeunes de s’engager de manière volontaire dans des missions d’intérêt général, auprès d’associations, de collectivités ou de services publics. C’est un engagement indemnisé à destination des jeunes qui ont entre 16-25 ans, et jusqu’à trente ans pour les personnes atteintes d’handicap et cela sans condition de diplôme. Le service civique peut-être effectué autour de neuf grandes thématiques qui sont définies par l’agence national du service civique et jugés comme prioritaire pour la nation : culture et loisirs, développement international et action humanitaire, éducation pour tous, environnement, intervention d’urgence en cas de crise, mémoire et citoyenneté, santé, solidarité et le sport. En plus, de leur mission les jeunes bénéficient d’un accompagnement par leur structure d’accueil pour construire et réfléchir à leur projets personnels et professionnels.

A Mayotte depuis son instauration ce dispositif attire progressivement les jeunes. Au fil des années le jeune département a vu son nombre de volontaire augmenter comme nous pouvons le constater ci-dessous. Il est passé de 72 volontaires en 2013 à 520 volontaires en 2018.

Graph.1Evolution du nombre de services civiques de 2013 à 2018

https://lh6.googleusercontent.com/3Aupgov8SjBsPyIyFrXHNh4brZNaoWWez9m3TvPKhTJogVLhNhU2jJZivZmBw5dfck62m-K_SOzDNe2JMI6ElTFKA_d_vc04OthS16CPM132f1U6rgRQUz1n23ADhbyFNQRX7Bo

Sources : Direction de la Cohésion Sociale – Préfecture de Mayotte

D’où vient le succès du service civique à Mayotte ?

Nous avons mené une enquête qualitative auprès de 20 anciens services civiques que nous avions identifiés à partir de la base des données des services de l’Etat à Mayotte. 

 

Les principales motivations 

Malgré l’hétérogénéité du public interrogé du fait de leur provenance, il s’agit pratiquement tous de demandeurs d’emploi. Ainsi à la question « Avant d’effectuer le service civique, que faisiez-vous ? » voici les réponses obtenues : 

SC1 : “J’étais secrétaire mais suite à la fin de mon contrat j’étais à la recherche d’un autre travail“. 

SC2 : “ Moi suite à l’échec de mes études à La Réunion, je suis revenu à Mayotte pour chercher du travail et c’est là que j’ai trouvé le service civique“. 

SC3 “ Suite à l’obtention de mon Master je suis rentrée à Mayotte je cherchais du travail dans le cadre de mes études et j’ai trouvé le service civique en attendant de trouver quelque chose de mieux“.

 

https://lh4.googleusercontent.com/PVrp4Yus7Ez0uUzJzNRGY1LcVMfBPza38VuJv44Mdnc5VObqHLExCbqufVlYBloPe4hHpjgtTOC2j3dc4XvtYisCaRnEN0tQ4LEB9_evl_OovOQSjv7e5DTJFilTsM_ekh4tHl0

Sources : Direction de la Cohésion Sociale – Préfecture de Mayotte

 

Le service civique un dispositif de transition entre la période post-étude et celle de la reprise de la vie active vers celle de l’emploi durable. Les volontaires intègrent le service civique dans leur carrière personnelle pour acquérir des compétences et compléter des savoirs faire.  Il y’a néanmoins quelques volontaires qui voient le service civique comme un véritable emploi. Au sujet des motifs de l’engagement des volontaires, nous avons identifié trois cas de figures : 

 

1er cas de figurele service civique est une passerelle vers un maintien au sein de la structure d’accueil

Faute de connaissances de ce dispositif, certains volontaires le considèrent comme un vrai travail et espèrent être maintenus dans la structure après le service civique. Certains regrettent même que l’expérience soit trop courte. 

" Le service civique au-delà d’être utile c’est aussi une opportunité car à l’issus de ton contrat y en a qui ont la chance d’être embauché en CDD qui peut aboutir en CDI.  Ce que j’ai trouvé dommage car je ne suis pas retenue. Je trouve dommage que cela ne dure pas longtemps". 

La plupart de volontaires s'affirment demandeurs d'emploi mais ne sont pas inscrits au sein des prescripteurs, tels que la Mission Locale ou encore Pôle Emploi. Ceux qui sont inscrits considèrent la Mission Locale comme une structure inutile car elle ne joue pas suffisamment son rôle en matière d’insertion professionnelle.

 

2ème cas de figurele service civique est un prétexte pour occuper le temps libre

Certains voient le service comme un moyen de s'occuper pour ne pas rester à la maison à ne rien faire. C’est le cas de deux anciens volontaires. Après leurs études elles rentrent à Mayotte pour chercher du travail : “ Oui mais quand j'ai pris connaissance du service civique, je me suis dit que c'est une opportunité pour avoir plus d'expériences et m’occuper pour ne pas rester à la maison“. 

 

3ème cas de figurele service civique est une occasion pour donner sens à ses études

Parmi les jeunes rencontrés ils ne sont pas nombreux à avoir réalisés des missions en relation avec leurs études. En général ils postulent sur plusieurs missions et ils vont là où ils sont acceptés. Cependant, d'autres savent exactement le domaine qu'ils souhaitent intégrer et n'hésitent pas à postuler dans les missions en relation avec les études qu'ils ont faites.  

« Après comme j'ai fait une licence de science de l'éducation j'ai dit que cette mission me correspond. »   

C'est l'occasion pour eux d’accroitre leurs savoirs dans le domaine qui intéresse leur carrière : « Moi du coup en fait je suis venu exprès ici pour le service civique. J'étais en métropole et j'ai vu ça sur internet, j'ai candidaté et j'ai été retenu. J'ai fait un master de recherche en environnement et écologie ». 

 

La poursuite de l’activité après le service civique

Le service civique précède plusieurs étapes personnelles ou professionnelles des jeunes : en l’occurrence la reprise d'études et l’entrée sur le marché du travail. On ne peut le considérer comme une rupture dans leurs parcours.  La plupart des anciens volontaires interrogés sont aujourd’hui en activité, à l’image de : 

SC4 : “Là actuellement je suis chargée d’étude à HAWA Mayotte“. 

SC5 : “ Je fais une formation guide pays et cette formation est une possibilité pour moi d’entrer dans la vie active parce que cette formation de guide pays en sortant de là, on crée son propre business si je peux le dire, là c’est quasiment fini là il me reste un examen final après je pourrais exercer“.

 Par ailleurs, certains volontaires ont vu leur contrat prolongé après leur engagement : 

SC6 : “ D’ailleurs on continue là car après mon service civique on a renouvelé mon contrat en tant que AED cette année du coup je continue le projet avec les mêmes personnes“. 

SC7 : “Moi en fait j’ai effectué mon service civique au dernier mois on m’a basculé en tant qu’assistante d’éducation mais on m’a dit que je pouvais quand même rester en service civique c’est-à-dire faire les deux en même temps. C’est compté comme service civique et en même temps je suis en CDD“. 

 

Le fait de prolonger l’engagement avec un volontaire vers un contrat professionnel supposerait que la structure d’accueil souhaite gagner du temps en restant avec les mêmes volontaires pour ne pas avoir à mobiliser de nouvelles ressources en matière d’accompagnement. Néanmoins, ces expériences ont fait l’objet de débouchés vers des contrats durables. A défaut de s’engager dans une recherche active d’emploi, les anciens volontaires sont très peu à se retrouver sans activité. 

 

De façon générale, le service civique a un impact positif sur le passage entre la trajectoire personnelle du volontaire vers son entrée dans la vie active. Ils se sont engagés pour des raisons diverses dans le mais il reste que l’objectif reste l’occupation d’un emploi durable. Faire du volontariat à travers le service civique permet d’acquérir une expérience professionnelle et d’étendre son réseau. Le service civique est une opportunité de formation et d’apprentissage pour les jeunes, il représente également un bon tremplin pour une entrée dans la vie professionnelle. 

 

Anissa M’Bae

Sociologue – Consultante Junior

 

1 (La notion de carrière renvoie à l’ordre dans lequel se déroule la vie des individus ainsi qu’aux changements psychologiques qui accompagnent chacune des étapes qu’il est amené à traverser)